Devenez membre OBNL/OSBL d'Arrondissement.com

Article

Recyclage dans des sacs de plastique : le doute est soulevé

Auteur : Arrondissement.com

(Archive)

Le mardi 5 octobre 2004image alt tag content

L'annonce du projet-pilote favorisant l'utilisation de sacs de plastique plutôt que de bacs verts soulève déjà de nombreuses interrogations chez les citoyens et les éco-quartiers.

Alors que certains applaudissent l'initiative, plusieurs citoyens restent partagés face à l'utilisation des sacs de plastique. Julien Clot-Goudard, coordonnateur de l' éco-quartier Vieux-Rosemont, chargé de sensibiliser les résidants sur le projet-pilote, avoue avoir perçu des opinions divergentes.

« C'est environ 50-50. Plusieurs étaient contents de voir disparaître les bacs verts parce qu'ils les trouvent peu commodes, mais d'autre part, plusieurs ne comprennent pas pourquoi ils devraient se mettre à payer pour acheter des sacs », explique M. Clot-Goudard.

Baisse de la participation?

Est-ce une contrainte assez importante pour causer une baisse de motivation du coté des citoyens ? M. Clot-Goudard avoue quelques craintes mais préfère toutefois attendre les développements du projet avant de se prononcer. « Pour l'instant, les gens ont reçu une vingtaine de sacs par foyer. Ce n'est que dans 4 à 6 mois, quand la réserve aura diminué, que nous pourrons réellement évaluer s'il y a une baisse de la participation. »

De son côté, Érik Bassil, coordonnateur de l' éco-quartier Étienne-Desmarteau et Marie-Victorin, n'a pas besoin d'attendre pour prédire les résultats désastreux de l'opération : « Nous travaillons sur le terrain et nous réalisons que nous devons sans cesse sensibiliser les gens pour les motiver à recycler. Si en plus on leur demande de payer pour le faire, ils vont décrocher, c'est certain! »

Ce n'est pas que M. Bassil désapprouve totalement l'apparition des sacs de plastique, « même s'il ne s'agit pas d'un développement durable », étant donné qu'on produit une nouvelle matière à éliminer, mais il déplore surtout le fait que les citoyens devront débourser pour le recyclage, « ce qu'ils font déjà via leurs taxes », rappelle-t-il.

Sans vouloir minimiser l'ampleur du problème, M. Clot-Goudard souligne toutefois qu'il s'agit du même principe que pour la collecte des déchets. « Et pourtant, personne ne s'est jamais plaint que l'on doive acheter ses propres sacs poubelle. Ce qui est un peu paradoxal. »

Surveillez vos articles consignés

Autre problème soulevé : la crainte que certains sacs ne se fassent éventrer par les chercheurs de bouteilles consignées. « Jusqu'à maintenant, les gens qui font le tour des bacs verts pour ramasser les bouteilles font attention, mais vont-ils prendre la précaution de détacher les sacs pour fouiller dedans? Je ne penserais pas : ils vont simplement les déchirer », croit M. Bassil.

Bien qu'il soit un peu tôt pour juger la situation, près d'un mois après le début de l'opération, on affirme que ce problème ne s'est toutefois pas encore posé. « Il semblerait que le phénomène se soit déplacé vers les secteurs qui utilisent encore les bacs », mentionne M. Clot-Goudard.

À ce sujet, M. Bassil croit d'ailleurs pertinent d'aviser les citoyens qu'il est toujours préférable de favoriser le dépôt de leurs contenants consignés dans les endroits attitrés, tels les dépanneurs ou les épiceries, plutôt que de les laisser dans le bac de recyclage.

« Certains mettent leurs contenants consignés au recyclage en se disant que de toute façon, elles vont être récupérées. Ils n'ont pas tort, mais en les envoyant au centre de tri, cela peut prendre jusqu'à deux ans avant qu'ils soient recyclées, plutôt que quelques jours quand on les dépose au bon endroit. »

Plus rapide, plus propre, oui mais,

Les arguments promus par l'arrondissement pour justifier la mise en place de ce projet-pilote sont la propreté, l'efficacité et la simplicité. Ainsi, le temps du projet-pilote, les participants n'ont plus besoin de faire le tri de leurs matières recyclables.

« L'utilisation des sacs augmente considérablement la rapidité d'exécution », estime M. Clot-Goudard. Et cela, autant du côté du citoyen qu'au niveau de la collecte, qui n'a plus besoin de s'arrêter pour faire un minimum de tri à même le camion de recyclage.

Mais M. Bassil continue de croire que le travail doit surtout se faire au niveau de l'éducation du citoyen. « Si les gens recyclaient comme ils doivent le faire, on perdrait déjà beaucoup moins de temps », croit celui-ci.

Il faut trier les différents matériaux mais également les nettoyer. Au bout de la chaîne, cela économise le temps et l'argent de tout le monde. Malheureusement, le tout repose sur la volonté des gens qui parfois, semble faire défaut au niveau du recyclage.

D'autres solutions?

C'est ce qui fait douter M. Bassil au sujet de l'opération de recyclage dans des sacs de plastique. « On verra peut-être un bon fonctionnement pendant deux ou trois ans, mais par la suite, les gens vont se tanner de toujours avoir à se rééquiper en sacs », croit-il.

M. Bassil aurait d'ailleurs trouvé pertinent d'instaurer le projet-pilote dans des secteurs différents, pour vraiment tester l'efficacité du nouveau système. « Dans le périmètre ciblé, le projet est né pour réussir, alors que ce n'aurait peut-être pas été le cas partout. »

Pour l'instant, le projet cible un quartier qui compte bon nombre de duplex et triplex avec des escaliers extérieurs. Des conditions peu favorables à l'utilisation du bac, surtout en saison hivernale. Mais pour d'autres secteurs, le bac reste encore une alternative viable.

Dans certains quartier, l'utilisation des gros bacs roulants, plus logeables, que l'on retrouve souvent en banlieue, serait une solution miracle, pour M. Bassil. Malheureusement, cette option n'est pas envisageable pour l'arrondissement.

« C'est trop compliqué. Cela prend des camions spéciaux pour faire cette collecte, mais l'arrondissement ne peut donner des contrats différents à plusieurs compagnies. Normalement, il fait affaire avec une seule, ce qui fait que l'on doit instaurer le même plan pour l'ensemble de l'arrondissement. »

Le sac de plastique avait également été retenu par l'éco-quartier Étienne-Desmarteau et Marie-Victorin, mais pour ce dernier, il est essentiel que les citoyens puissent se procurer les sacs gratuitement.

Le tout sera à vérifier suite à l'aboutissement du projet-pilote, prévu pour l'automne prochain. Mais dans quelques mois, il devrait déjà être possible de poser un jugement réel sur la qualité et la pertinence de l'opération. Un dossier à suivre,

Marilyne Joseph - 5 octobre 2004


Trouvez votre maison à vendre sur Vendre.ca Find your next home using Vendre.ca

Publications des entreprises

Webinaire : Apprenez à connaître Hestia !
Le jeudi 18 août 2022
Publié par: Hestia Solution
Les astuces pour une enquête locataire efficace 
Le mercredi 17 août 2022
Publié par: Groupe TRAK
Camps de jour pédagogiques
Le mercredi 27 juillet 2022
Publié par: Académie Diderot

À propos d'arrondissement.com

Arrondissement.com est un projet de L’Avenue inc., un organisme à but non lucratif indépendant de la Ville de Montréal, vouée depuis plus de dix ans à la démocratisation des technologies de l’information auprès des groupes communautaires et des populations défavorisées de Montréal. 

Ce portail Internet offre aux citoyens la possibilité de trouver facilement tous les services des groupes à but non lucratif montréalais. Il fait office de centre de référence sociocommunautaire sur Internet et à ce titre, il reçoit plus de 200,000 visiteurs uniques par mois pour plus de 1,000,000 de pages vues.

Tous droits réservés 2002-2018 © Arrondissement.com.