Devenez membre OBNL/OSBL d'Arrondissement.com

Article

La cyberdémocratie en marche sur le Plateau

Auteur : Arrondissement.com

(Archive)

Le jeudi 23 septembre 2004image alt tag content

Dès le 4 octobre, les résidants du Plateau pourront assister à la première diffusion en direct du conseil d'arrondissement sur Internet. La mairesse Fotopulos espère ainsi associer davantage les citoyens à la vie démocratique.

L'arrondissement du Plateau Mont-Royal a récemment déposé une demande d'aide financière de quelque 300 000 $ à la ville-centre afin de soutenir ses efforts en vue d'implanter la démocratie participative sur son territoire.

Parmi les différents projets que l'administration Fotopulos souhaite mettre de l'avant : la création d'un nombre accru de commissions de citoyens et la mise en place d'une cyberdémocratie qui permettra aux internautes de participer en ligne aux débats municipaux.

Une première étape vers la e-démocratie sera franchie le 4 octobre prochain. La séance du conseil d'arrondissement sera alors entièrement filmée et retransmise en direct sur Internet depuis la salle de la Maison de la culture.

Dans leur salon, les internautes n'auront qu'à se connecter au site de l'arrondissement et cliquer sur le lien approprié pour assister au conseil et voir leurs élus comme s'ils y étaient.

Le visionnement se fait grâce à un logiciel disponible gratuitement sur Internet, Windows Media Player. Il n'est pas nécessaire d'être abonné à une connection haute vitesse, même les internautes qui surfent grâce à un modem pourront avoir accès aux images. Le téléchargement sera toutefois un peu plus long pour ces derniers, indique Pierre-Antoine Ferron, chargé de communication et responsable du site Internet de l'arrondissement.

Afin de permettre la retransmission en direct du conseil, une ligne Internet à haut débit a dû être installée à la Maison de la culture. Seules les séances qui se tiendront dans cette salle seront retransmises pour l'instant. Les internautes n'auront donc pas accès au conseil du 6 décembre, prévu au Resto Plateau. Plus tard, on prévoit également diffuser des spectacles en direct depuis la Maison de la culture.

Selon M. Ferron, la diffusion des séances du conseil sur Internet ne demande pas d'investissement majeur et est à la portée de tous les arrondissements. La caméra qui permettra de filmer les séances est payée par la ville centre. Le lien haute vitesse est quant à lui fourni par l'organisme Cam Internet, qui offre des tarifs préférentiels aux administrations publiques.

L'interactivité, pour plus tard

La deuxième étape du projet de cyberdémocratie prévoit de permettre aux citoyens de poser des questions en ligne lors des conseils d'arrondissement et de participer à des hyper-débats à l'occasion de consultations publiques.

Cette seconde phase dépend toutefois de la demande de financement déposée auprès de la ville centre, car elle nécessite le développement d'interfaces sophistiquées. « Il faut pouvoir s'assurer que ce sont des gens du Plateau qui poseront des questions. Cela demande donc du développement en terme de bases de données et de sécurité », indique M. Ferron.

L'arrondissement table sur un financement récurrent de 300 000 $ par année pour mener à bien son projet de démocratie participative. Les principaux frais ne sont toutefois pas reliés à l'aspect Internet du projet mais plutôt à la gestion et l'animation des commissions de citoyens, qui requièrent l'embauche de ressources humaines. En 2004, l'arrondissement a reçu 70 000 $ de l'administration centrale pour soutenir ses deux premières commissions.

Une population branchée ?

M.Ferron croit que le Plateau dispose d'une population suffisamment branchée pour rendre l'expérience intéressante. Alors que le taux de branchement atteignait 63 % à Montréal en 2003, selon une étude du CEFRIO, la proportion d'adultes ayant accès à Internet sur le Plateau serait plutôt de 75 %, croit-il, compte tenu de la présence de nombreux professionnels et diplômés universitaires.

Le site de l'arrondissement du Plateau, lancé au printemps dernier, reçoit chaque mois une moyenne de 6 000 à 9 000 visiteurs pour un total de quelque 500 000 accès. Le mois dernier, 12 000 documents pdf ont été téléchargés. Des résultats qui laissent à penser à l'arrondissement qu'il y a un réel intérêt des gens du Plateau pour la vie municipale.

Les conditions gagnantes réunies ?

« C'est de la poudre aux yeux, on met la charrue avant les boeufs ! » Michel Dumais, chroniqueur nouvelles technologies au quotidien Le Devoir est fort sceptique quant au caractère démocratique du projet. Selon lui, ce type d'initiative ne saurait toucher « qu'une dizaine de personnes » sur le Plateau.

A-t-on réuni les conditions gagnantes pour favoriser la participation des citoyens ? interroge-t-il. Pour que l'exercice soit efficace, il faudrait en effet s'assurer que tous les documents relatifs aux débats soient mis à la disposition des citoyens sur le Web au préalable. En permettant aux gens de réagir à l'avance par courriel, on obtiendrait alors le même résultat. « Qui va se farcir deux heures de conseil d'arrondissement sur Internet ? », demande-t-il.

S'il y a un intérêt dans la diffusion en ligne, c'est plutôt dans le découpage et l'archivage des séquences qu'elle réside, estime M. Dumais. Il cite en exemple la ville de Cerritos, en Californie, où l'internaute peut procéder à des recherches par sujet et consulter les passages du conseil qui l'intéressent. Une autre solution pourrait consister à diffuser les séances du conseil à la télévision communautaire et à permettre aux gens d'interagir par courriel, insiste le chroniqueur. « La diffusion en direct sur le Web, c'est de la foutaise, conclut-il, c'est complètement inutile. »

Le problème de l'accès

Si le fait de ne pas avoir à se déplacer pourrait peut-être constituer un incitatif pour les citoyens à participer davantage, cela ne saurait toutefois suffire, estime pour sa part Michel Cartier, professeur au département en communication de l'UQAM et spécialiste des questions d'e-démocratie. « Il ne faut pas confondre information et e-démocratie, souligne-t-il. De plus, cela laisse supposer que les citoyens ont accès aux outils, or ce n'est pas toujours le cas. »

Selon M. Cartier, il est essentiel de s'assurer que les collectivités soient en mesure d'utiliser les outils qui sont mis à leur disposition. « Ce travail suppose une sorte de formation des citoyens avec, par exemple, l'établissement de centres Internet dans les quartiers pour la population », estime-t-il. Sinon, on risque de limiter la participation à une classe de citoyens qui disposent déjà des outils nécessaires pour s'exprimer et faire valoir leur point de vue, au détriment d'individus moins favorisés.

Pour ceux que les enjeux de la cyberdémocratie intéressent, l'organisme Communautique organise le 14 octobre prochain une journée de réflexion sur le gouvernement en ligne et le rôle du milieu communautaire dans sa mise en oeuvre.

Carole le Hirez - 23 septembre 2004


Publications des entreprises

Atelier: Renaître d'une Relation Toxique
Le jeudi 22 août 2019
Publié par: Thierry Zibi, Thérapeute
La solution est dans le grenier $
Le mardi 6 août 2019
Publié par: Isolation Majeau et frère inc.
Comment vaincre le syndrome de l’imposteur?
Le mercredi 22 mai 2019
Publié par: Je me lance!

À propos d'arrondissement.com

Arrondissement.com est un projet de L’Avenue inc., un organisme à but non lucratif indépendant de la Ville de Montréal, vouée depuis plus de dix ans à la démocratisation des technologies de l’information auprès des groupes communautaires et des populations défavorisées de Montréal. 

Ce portail Internet offre aux citoyens la possibilité de trouver facilement tous les services des groupes à but non lucratif montréalais. Il fait office de centre de référence sociocommunautaire sur Internet et à ce titre, il reçoit plus de 200,000 visiteurs uniques par mois pour plus de 1,000,000 de pages vues.

Tous droits réservés 2002-2018 © Arrondissement.com.